Poitiers

Poitiers

Musée Sainte-Croix
3 bis rue Jean-Jaurès
86000 Poitiers

Tél. 05 49 41 07 53
E-mail : 

https://www.musees-poitiers.org

GPS : 46.579144, 0.348119

Facebook : MuseeSainteCroix.Poitiers
Instagram : museesaintecroix.poitiers

Historique des origines à l’an mil …
 
Conquis par Rome au Ier s. av. J.-C., l’oppidum gaulois occupant l’emplacement de Poitiers devint au IIe s. A.D., une ville florissante dotée  de thermes, d’aqueducs, de vastes arènes. Au IIIe s, une muraille épaisse enserre un espace de 50 ha protégeant la cité sur son promontoire. Au IVe s, saint Hilaire évangélise Poitiers qui, au Ve, sera occupée par des troupes de barbares fédérés, les Sarmates et les Taïfales. Alaric II résidedans la cité, devenue ‘capitale’ des rois wisigoths. En 507, les troupes franques de Clovis pénètrent dans le sud de la Touraine, franchissant la Vienne au Pas de la Biche (selon la légende, une biche les aurait guidés vers ce passage à gué). Ils battent les Wisigoths à Vouillé et envahissent ensuite l’Aquitaine qu’ils soumettent. Le VIe s est marqué par la renommée de Radegonde qui fonde l’abbaye Sainte-Croix et par celle de Fortunat, l’évêque poète. Au VIIe s, l’abbé Mellebaude fait ériger l’hypogée des Dunes. En 732, Poitiers est le siège d’une bataille au cours de  laquelle Charles Martel triomphe des Musulmans, arrêtant ainsi leur progression. Au IXe s, la cité est assiégée par les Normands qui brûlent Saint-Hilaire. Au Xe, le pouvoir des comtes de Poitiers s’affirme.
 
Remarque : étape sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, Poitiers recèle de magnifiques édifices édifiés à l’époque médiévale méritant une visite : Cathédrale Saint-Pierre, Abbaye Saint-Hilaire de la Celle (ancienne Abbaye), Eglises Saint-Hilaire-le-Grand, Notre-Dame-la-Grande, Saint-Jean-de-Montierneuf.
 
Liens : Office de Tourisme, 45 Place de Gaulle, 86000 Poitiers, tel 0033(0)5 49 41 21 24
 
A la découverte de POITIERS (Vienne)
 
Abbaye Sainte-Croix de Poitiers
Monastère féminin dédié à Marie, fondé peu après 550 par Radegonde, princesse thuringienne mariée contre son gré au roi mérovingien Clotaire Ier. Sainte Agnès en fut la première abbesse, aidée par sainte Disciole, autre amie de la reine. En 567, ayant reçu de l’empereur de Constantinople des fragments de la vraie Croix, l’abbaye prit le nom d’Abbaye Sainte-Croix. La seconde église fut édifiée vers 569 pour abriter la précieuse relique.Foyer culturel important, le complexe monastique accueillit le poète italien Venance Fortunat, futur évêque de Poitiers. En 589, les moniales du couvent Sainte-Croix se révoltèrent contre l’autorité de l’abbesse Leubovère ; cet épisode qui fit scandale à l’époque est connu sous le nom de ‘Révolte des nonnes’.
 
La communauté de Sainte-Croix, aujourd’hui installée à La Cossonière (commune de Saint-Benoît), conserve des objets précieux attribués à l’époque de Radegonde : la staurothèque (reliquaire contenant un fragment de la vraie Croix) dont la date est aujourd’hui discutée, l’appui-tête et la croix de bronze.
 
La chapelle du ‘Pas-de-Dieu’
Les fondations de l’abbatiale Sainte-Marie, petit édifice carré avec emplacement de l’autel, ont été dégagées en 1909 par le Père Camille de la Croix, originaire de Tournai. A côté, il découvrit les fondations de la cellule de Radegonde et son oratoire, appelé la chapelle du “Pas de Dieu”, car c’est en ce lieu qu’avant sa mort, elle aurait eu la vision du Christ lui disant “tu es la perle de ma couronne”. En partant, il aurait laissé une empreinte dans une pierre qui fut transférée dans l’église Sainte-Radegonde après destruction de la chapelle à la Révolution. En 1912, la cellule a fait l’objet d’une reconstruction dans un style vaguement mérovingien. À côté, se dresse le “Laurier de sainte Radegonde” qu’elle aurait, selon la légende, planté devant sa cellule.
 
Conditions d’accès
•Les vestiges de l’abbatiale du haut Moyen Âge sont conservés dans le square situé face au baptistère Saint-Jean (14, rue Jean-Jaurès).
•La cellule de Sainte-Radegonde est librement accessible dans la cour de l’immeuble voisin (11, rue des Carolus). Elle est exceptionnellement ouverte au public.
•Le fragment de mosaïque et une copie de l’appui-tête de sainte-Radegonde sont présentés au musée Sainte-Croix de Poitiers.
•La collégiale Sainte-Radegonde et sa crypte son librement accessible. Une chapelle latérale présente une exposition sur l’histoire de l’édifice.
•La médiathèque François-Mitterrand de Poitiers conserve deux manuscrits insignes provenant de l’abbaye Sainte-Croix : un évangéliaire réalisé vers 830 et une Vie de sainte Radegonde de Venance Fortunat richement enluminée vers 1100.
 
Baptistère Saint-Jean
Les parties les plus anciennes du baptistère remontent à l’époque de saint Martin et de saint Hilaire, premier évêque connu de Poitiers (IVe siècle). Outre la piscine octogonale réservée au baptême par immersion, on peut y admirer de remarquables sarcophages mérovingiens et un fort bel ensemble de fresques murales des XIe-XIIe et XIIIe s.
  
Eglise Saint-Hilaire-le-Grand et le ‘Reguet’
  
Vers 367, l’évêque Hilaire, grand défenseur de la foi chrétienne orthodoxe contre l’arianisme, fut inhuméhors les murs dans une chapelle dédiée aux saints Jean et Paul. De suite, ce lieu fut le siège de miracles attirant de nombreux fidèles. Au XIIe s, halte privilégiée des pèlerins allant à Compostelle, la chapelle prit le nom de ‘Saint-Hilaire-le-Grand’.
L’église souffrit des guerres de Religion et, en 1590, le clocher s’effondra, ainsi qu’une partie de la voûte. De l’église romane des XIe – XIIe s, à l’origine plus longue d’une travée et demie, subsistent le chœur ceint d’un demi-cercle de huit colonnes, le transept, la première travée de la nef et le clocher du côté nord. La surélévation du chœur et du transept protège le lieu où fut enterré saint Hilaire. Des fresques colorées de la fin du XIe siècle y relatent des épisodes de l’Apocalypse et de la vie des saints Quentin et Martin. Les chapiteaux sculptés sont ornés de monstres et de démons.
Dans le sol devant le porche actuel, on a implanté une coquille Saint-Jacques en laiton, don de la ville de Tournai en Belgique.
NL FR ES