Personnages

Les Francs :
peuple germanique, situé à l’origine sur la rive droite du Rhin, créé sous la forme d’une fédération. Lors de l’effondrement de l’empire romain, ils vont progressivement conquérir le nord de la Gaule romaine puis s’étendre au sud.
Ce peuple joue un rôle central dans ce qui deviendra la France qui lui doit son nom, mais aussi les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne.

La première mention des Francs apparaît au III° siècle. Le nom Franc ne désigne pas un peuple mais des ligues militaires formées de peuples de la rive droite du Rhin inférieur : les Sicambres, les Tunctères, les Tubantes, les Bructères, les Chamaves, les Chattuaires, les Amsivariens, les Usipètes et les Chattes.
Le mot “franc” est dérivé de frekkr qui en vieux norrois signifie “hardi”, “courageux”. Ils sont appelés Fraggoi ou Franci.
A cette époque, les Francs ne possèdent pas de culture matérielle (objets, sépultures) qui permet de les différencier des autres populations germaniques.

En 277, les Francs profitent de la disparition d’une partie du limes pour s’établir sur la rive gauche du Rhin et mènent des raids contre les villes et les territoires romains jusqu’à la riposte énergique de l’empereur Constantin.
Suite à des mouvements de populations (les Saxons), les Francs sont autorisés par l’empereur Constance II à s’établir en Toxandrie en 342 (région autour de Tongres et Cologne et s’étend jusqu’à Nimègue).

Les Francs sont alors constitués de deux groupes : Les Francs occidentaux en Toxandrie et les Francs orientaux le long du Rhin. Durant cette période, des Francs sont recrutés dans l’armée romaine et à la fin du IV° siècle, Arbogast deviendra le général suprême des armées impériales.

Lorsque les Vandales, les Suèves et les Alains franchirent le Rhin gelé durant l’hiver 406, des Francs tentèrent de les arrêter, en vain.
A partir de 456-457, les Francs orientaux installent leur capitale à Cologne et poussent jusqu’en territoire burgonde. Vers 475, ils sont définitivement établis à Trèves, Metz et Toul.

Entre 443 et 448, Clodion s’empare des cités de Cambrai et d’Arras à la tête des Francs occidentaux. Battus par le général romain Aetius, ils abandonnent les territoires conquis et conservent Tournai. 
En 451, loyaux envers Rome, ils participent à la coalition destinée à arrêter le raid d’Attila en Gaule, aux Champs Catalauniques.

En 482, à Tournai, Clovis succède à son père Childéric comme roi et conquiert rapidement le nord de la Gaule. Son baptême par saint Rémi (498/508 ?) sert la dynamique de la victoire, d’abord sur les Wisigoths puis sur les Burgondes. Il réalise l’unification de son peuple et fixe le siège de son royaume à Paris, royaume qui s’étend de la Garonne au Rhin.
C’est le début de la dynastie mérovingienne.

d’après L. Verslype, Le peuple franc et ses élites, in Nos ancêtres les Barbares, Voyage autour de trois tombes de chefs francs, catalogue du Musée de Saint-Dizier, 2009.

 

Les Wisigoths :
Peuple germanique issu des Goths, originaires probablement du sud de la Scandinavie. Les Goths s’installent à la fin du II° siècle près de la mer Noire et  se séparent entre Wisigoths et Ostrogoths.
Les Wisigoths envahissent l’empire romain et saccagent Rome en 410. Ils s’installent ensuite dans le sud de la Gaule romaine et dans une grande partie de l’Espagne et fondent le royaume de Toulouse, qui perdure de 413 à 507.

Les Wisigoths sont un peuple germanique issu des Goths, installés au bord de la mer Baltique, au nord de la Pologne et dont les origines remontent probablement au sud de la Scandinavie.  A la fin du II° siècle et au début du III° siècle, les Goths entament une longue migration qui les conduit s’installent au bord de la mer Noire.

En 253-275, les Goths, alliés avec d’autres peuples germaniques et non germaniques (Gépides, Hérules, Carpes, Daces, Alains, Sarmates…) affrontent l’empire romain. C’est l’époque des guerres dites scythes. Les Romains repoussent les Barbares au-delà du Danube.
A la fin du III° siècle, les Goths sont à la tête d’une grande fédération de tribus barbares. A cette époque, les Goths se séparent en deux groupes : les Tervinges-Wisigoths entre le Dniestr et le Danube et les Greuthunges-Ostrogoths à l’est du Dniestr.

En 328, les Goths signent un traité avec l’empereur Constantin : les Goths s’engagent désormais en nombre dans l’armée romaine. Romains comme Goths peuvent franchir le limes, la frontière. Une fusion va s’opérer entre traditions “barbares” et influences romaines, donnant une époque florissante où les Goths acquièrent une culture matérielle (objets) qui se différencie nettement des autres peuples “barbares”.

Cette période de prospérité prend fin vers 375, lorsque les Huns issus des steppes de l’est attaquent les Goths. Les royaumes ostrogoths et wisigoths s’effondrent et la majorité des Goths traversent la frontière de l’empire romain.
Ils vont jusqu’aux portes de Constantinople et en 378, écrasent l’armée romaine et tuent l’empereur Valens. Ils échouent dans la prise de Constantinople. 

L’empereur Théodose réussit à sauver l’Empire d’Orient et installe les Wisigoths dans les Balkans en tant que fédérés. Rapidement, les Wisigoths se soulèvent et pillent les Balkans puis vont en Italie. En 408, ils sont aux portes de Rome et repartent avec une énorme rançon. Les Wisigoths avec leur roi Alaric reviennent en 410 et Rome tombe ; le pillage dure trois jours.
Les Wisigoths errent, d’abord en direction de l’Afrique, puis traversent la Gaule du Sud. Ils sont à Narbonne en 413, puis Toulouse, Bordeaux et s’installent ensuite en Espagne mais les Romains organisent le blocus maritime de l’Espagne, créant une famine chez les Goths.
Ils reviennent en 418 en Aquitaine où ils s’installent comme fédérés (foedus). Leur capitale, Toulouse, est le premier véritable Etat barbare en territoire romain. Leur loyauté les pousse, comme pour les autres peuples barbares fédérés des Romains, à participer en 451 à la bataille des Champs Catalauniques contre les Huns.

Leur royaume va s’étendre jusqu’à la Loire et à partir de 476, jusqu’en Provence.
Lorsque le roi franc Clovis bat les Wisigoths à la bataille de Vouillé, ils ne conservent que la Septimanie (le Languedoc actuel) et une partie de la Provence. Ils s’installent en Espagne et Tolède devient leur capitale. Ils conquièrent le royaume des Suèves, au nord-ouest de l’Espagne. Leur royaume va perdurer jusqu’en 711, supplantés par les armées maures.

d’après M. Kazanski, Les origines des Goths, in Wisigoths, Rois de Toulouse,  catalogue du Musée Saint-Raymond, Toulouse, 2020.

NL FR ES